Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 12:46

Simone de Beauvoir, c'est moi !

 

  ou Le troisième sexe

 

 

Un article scandaleux (bien sur ... enfin, ben voyons !)

 

 

 

Gustave Flaubert créa le scandale en s'écriant "Madame Bovary, c'est moi !".

 

J'ai donc décidé d'être également encore plus scandaleux en affirmant "Simone de Beauvoir, c'est moi !"

 

Ce qui est vrai.

 

C'est comme pour Dieu, Simone de Beauvoir existe, je l'ai rencontré !

 

En 1966 très exactement je l'ai rencontré, j'avais 7 ans, elle était accompagné par son amour nécéssaire, Jean-Paul Sartre, par rapport aux amours contingeantes qu'ils eurent tous deux.

 

Ce que j'ai compris très jeune de l'idée de Sartre que "l'existence précède l'éssence", c'est qu'il s'agit du pétrole, en effet, sans lui, il n'y aurait pas d'éssence pour faire rouler les voitures, d'où mon slogan qui a fait flores: "En France on a pas de pétrole, mais on a des idées".

 

A 20 ans, qui comme l'a très bien écrit Paul Nizan "J'avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c'est le plus belle âge de la vie", je considérai que le couple Beauvoir-Sarte était le plus ridicule du XXème siècle.

 

Alors, il y eu le Sida ... le Pape, quelqu'il soit, estimant qu'il s'agit d'une question de fidélité, dont je considérai que sa clef - celle du Sida, pas du Pape qui de toute façon n'a pas de sérrure, c'est un homme très ouvert - réside dans l'ouvrage "La superposition cosmique" du psychiatre et psychanalyste très subversif Wilhem Reich auteur également de "La révolution sexuelle" qui eu un énorme succès populaire en 1968, une année où l'on redécouvrit le fil à couper le beurre, de "La misère sexuelle des jeunes", ainsi que du nettement moins amusant "la psychologie des masses du fascisme".

 

Revenons à nos moutons: le nom complet de Simone de Beauvoir est Siomone Lucie Marie Bertrand de Beauvoir, etc et le nom complet de Jean-Paul Sartre est Jean Paul Charles Aymard Léon Eugène Sartre. S'il avait vraiment voulu être célèbre il aurait pris pour nom Léon Sartre, et non Jean-Paul, mais il se moquait des honneurs.

 

Alors que je m'adressai à Simone de Beauvoir pour lui donner quelques idées de livres, Sartre qui était dérriere était plié de rire, pourtant elle est à tous écrit, tel "Les Belles images" (1966), "La Femme rompue" (1967), "Quand prime le spirituel" (1979). Donc, oui, Simone de Beavoir, c'est moi !

 

Sartre, lui, écopa d'un journal populaire au titre ravageur à concevoir, à réaliser en vue de 68 (en mai fait ce qu'il te plait) et à diffuser plus que la revue "Les Temps modernes": "Libération", où il ne resta pas longtemps.

 

S'il avait accepté le Prix Nobel qui représente un bon pactol de grisbie, pas mal d'oseille, il aurait pu faire un meilleur journal, et le prétexte de son refus, la méconnaissance de l'Asie, n'aurait pas tenue, et on aurait compris que c'est ce qu'il appelait la mauvaise foi: avec 6 millions de francs, il aurait voyagé longtemps en Asie et s'en faire lui-même une idée approfondie et nous la raconter en idéogrammes chinois ou en sanskrit avec traduction.

 

Mais on ne refait pas Jean Sol Partre, son nom selon Boris Vian, Sartre, l'agité du bocal comme l'appelait quant à lui Céline.

 


 

La suite bientôt

 

Copyright Pierre Sarlat

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre SARLAT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Pierre SARLAT
  • Le blog de Pierre SARLAT
  • : L'univers créatif, l'univers philosophique, l'univers initiatique, etc.
  • Contact

Recherche

Liens